L’un des défis majeurs de ce siècle est de résoudre « l’équation de Johannesburg » : produire davantage d’énergie pour contribuer au développement économique tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

La transition énergétique est donc au centre des problématiques actuelles, que ce soit dans nos habitudes au quotidien, dans les décisions politiques sur la scène internationale, mais aussi dans le milieu professionnel.
Selon une étude menée par le cabinet Mazars, 57% des entreprises privées font de la transition énergétique une priorité dans leur développement, quand 86% des acteurs publics en font leur priorité.

Dans le privé (bureaux, industries, retail, santé, etc.) ou dans le public (bailleurs sociaux et collectivités territoriales), la transition énergétique s’articule selon un modèle commun :

  1. Commencer sa démarche avec un audit énergétique afin d’établir un état des lieux des consommations et coûts de son parc immobilier ;
  2. Déployer un système de management de l’énergie qui permettra aux acteurs de pérenniser leur démarche via un suivi et une analyse de ses consommations ;
  3. Mettre en place des actions d’économie ou intégrer des énergies renouvelables dans son mix énergétique, pour transformer l’essai.

Ce modèle, pourtant très vertueux au premier abord, peut rapidement se heurter à une problématique : 71% des PME interrogées déclarent manquer de moyens pour financer leur transition énergétique. La question suivante se pose alors : comment répondre à ces enjeux dans un contexte économique difficile ?

Les leviers financiers pour votre transition énergétique

Tout d’abord, dans un contexte réglementaire, les grandes entreprises doivent réaliser un audit énergétique. Il peut représenter un certain coût, bien que très souvent amorti grâce aux actions d’économies d’énergie détectées. Pour permettre aux entreprises d’amorcer cette démarche, l’ADEME a mis en place un dispositif de soutien financier et technique aux maîtres d’ouvrage et gestionnaires qui veulent mener des études pour améliorer les performances énergétiques de leurs bâtiments. Le taux d’aide est alors de 50%. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 1€ d’aide ADEME permettrait d’économiser 717 kWh.

Une fois que les actions ont été ciblées lors de l’audit énergétique, encore faut-il pouvoir les mettre en place  A noter que le récent décret tertiaire vient souligner l’importance de mettre en place ces actions. Pour cela, que vous soyez dans le secteur privé ou public, les Certificats d’Économies d’Énergies (CEE) sont faits pour vous.
Le dispositif a été introduit par la loi sur l’énergie (loi POPE) en 2005, avec pour objectif de réaliser des économies d’énergie dans différents secteurs : le bâtiment (tertiaire ou résidentiel), la petite et moyenne industrie, l’agriculture ou encore les transports.
Les obligés (fournisseurs d’énergies et distributeurs de carburant) doivent financer des actions d’efficacité énergétique aux éligibles. Pour savoir si votre projet est éligible aux CEE, plus de 200 fiches d’actions sont recensées.
Le cours du CEE évolue en fonction de la demande, pour inciter à réaliser ces actions. Profitez-en, la conjoncture énergétique actuelle rend le cours du CEE élevé !

Dans le cadre d’une rénovation énergétique pour du résidentiel (logements individuels, copropriétés), en plus des CEE, l’état a mis en place l’Éco-prêt à taux zéro, dit l’éco PTZ, pour financer des travaux de rénovation énergétique. Le montant maximal est compris entre 7 000€ et 30 000€ selon la nature des travaux financés. Dans le cadre de logements sociaux, la subvention peut atteindre 14 000€ de prêt par logement. Attention, ce dispositif n’est valable que jusqu’au 31 décembre 2021.

Pour les logements privés, plusieurs leviers peuvent également permettre à l’occupant d’accélérer sa transition énergétique. Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE), une TVA réduite à 5,5%, ou encore le programme Habiter Mieux de l’ANAH, autant de dispositifs permettant au particulier d’adopter une démarche énergétique vertueuse.

La liste des subventions pour les bâtiments communaux continue de s’allonger lorsqu’on y ajoute les aides territoriales et régionales.

N’attendez plus pour financer votre transition énergétique

Le constat est clair : de nombreuses subventions et leviers financiers sont mis en place pour financer la transition énergétique. Que vous soyez un acteur dans le privé, le public, un bailleur social ou encore un particulier, vous trouverez forcément un financement pour votre projet.

74% des entreprises privées et 55% des acteurs du public déclarent ne pas avoir de service en interne pour piloter la transition énergétique. Si vous souhaitez vous faire accompagner dans le financement de votre projet de transition énergétique, n’hésitez pas à faire appel à des experts en efficacité énergétique ! En fonction de vos besoins et de vos moyens, l’accompagnement par des experts peut être personnalisé pour aller plus loin dans votre démarche.

Je souhaite être accompagné dans mes réduction énergétiques
Thomas Garcia

Publié le 31 octobre 2019

par Thomas Garcia