Les confinements successifs de l’année 2020 et l’augmentation du recours au télétravail ont eu un impact sur les consommations énergétiques des français. Dès lors, quelles ont été les conséquences de ces changements de comportement sur la facture énergétique des ménages ? Quel est le véritable coût énergétique du télétravail ? Nous avons analysé les consommations énergétiques d’un télétravailleur, et d’une personne se rendant sur son lieu de travail, à l’aide de nos boîtiers Plug&Watch, afin d’en tirer des conclusions sur une année. 

I. Facture énergétique et confinement : des variations importantes 

Lors du premier confinement, les consommations énergétiques françaises ont connu une baisse importante : en effet, le pic de consommation énergétique lors du premier confinement est d’environ 15% plus bas que les années précédentes à la même période. Cette baisse soudaine et importante s’explique par le ralentissement des activités dans les secteurs tertiaire et industriel. Cette activité n’est par la suite jamais revenue à son niveau habituel : en effet, même en septembre et octobre, mois non concernés par les confinements de 2020, la consommation d’énergie était plus faible de 3% par rapport aux autres années. 

Lors du deuxième confinement, les industries et les transports étant plus actifs, l’écart entre les consommations énergétiques à cette période et durant les années précédentes était moins important : environ 5%. Cependant, si les consommations énergétiques des secteurs tertiaire et industriel ont connu une forte baisse, cela n’est pas le cas pour les ménages : le télétravail s’est généralisé, ce qui a nécessairement eu un impact sur les consommations des français. Qu’en est-il réellement ?

II. Le coût énergétique du télétravail

Nous avons analysé les consommations de deux personnes lors de journées de télétravail et de journées au bureau, selon notre méthodologie : installation de boîtiers Plug&Watch® dans les armoires électriques, traitement des données, extrapolation annuelle et comparaison par rapport à la facture énergétique. Selon les différentes courbes de charge, la même personne consomme 18 kWh lors d’une journée de télétravail, contre 4 kWh lors d’une journée passée au bureau.


Les consommations énergétiques du foyer d’un télétravailleur sur 24h

Les consommations énergétiques du foyer d’une personne se rendant sur son lieu de travail sur 24h

Le constat est sans appel : rapportées sur une année, et en tenant compte de la rigueur climatique, les consommations énergétiques auraient été de 2413 kWh si l’occupant avait constamment télétravaillé, contre 1308 kWh si celui-ci s’était rendu au bureau lors des journées de travail. 

Cela se traduit financièrement par un coût de 196 euros TTC pour l’employé se rendant au bureau, contre 361 euros TTC pour le télétravailleur, soit une augmentation de 84%.

En effet, d’après RTE (gestionnaire du réseau de transport d’électricité), les d’ordinateurs et le wi-fi consomment relativement peu. En revanche, les plaques de cuisson, le chauffage et l’éclairage sont beaucoup plus sollicités durant les périodes de télétravail. 

Il convient de noter que la différence de consommation entre les confinements est fortement liée à la saison. En effet, ce delta est lié aux besoins en chauffage et en éclairage plus fors lors du second. Par conséquent, entre le 25 octobre et le 25 novembre 2020, les ménages ont consommé en moyenne 35% de gaz et 20% d’électricité en plus, par rapport à la même période en 2019.

III. Conclusion

Si le télétravail a fait augmenter les consommations énergétiques des ménages, l’effet inverse a été observé concernant les entreprises : en effet, celles-ci ont connu une baisse d’environ 22%. Ce chiffre est relativement faible, car de nombreuses entreprises ont été prises de court et n’ont pas eu le temps de s’organiser pour optimiser leurs consommations énergétiques. 

Nous avons détaillé ici les bonnes pratiques afin générer des économies d’énergie pour les entreprises, en cas de confinement ou de fermeture annuelle.

Dès lors, pour les particuliers, comment faire des économies d’énergie ? Plusieurs actions rapides à mettre en place peuvent faire la différence :

  • Piloter sa chaudière : selon l’ADEME, il est possible de réduire sa consommation jusqu’à 10% en utilisant un système de régulation, et plus encore avec une horloge de programmation, qui réduit automatiquement la température nuit ou quand la maison est vide.
  • Changer pour des équipements performants, comme des ampoules LED (moins gourmandes en énergie, plus performantes et donc plus économiques à terme).
  • Utiliser des ustensiles adaptés à la taille de la plaque de cuisson 
  • Éteindre le chauffage dès lors qu’on aère une pièce
  • Débrancher les appareils dès lors qu’ils ont atteint leur niveau de charge maximum
  • Adopter les bons réflexes : investir dans des prises coupe-veille, éteindre les multiprises, couper le wifi la nuit, débrancher les appareils inutilisés.

Publié le 9 février 2021

par Aubéry Chauvin

Accélératrice de transition énergétique

Co-écrit par

Corentin Lefort

INGENIEUR EN EFFICACITE ENERGETIQUE