Flotte automobile : le guide complet pour passer à l’électrique

Card image cap

26 septembre 2019| par Morgane Cerisier | dans energiesMobilités

Vous n’avez pas pu passer à côté de ce sujet omniprésent dans les actualités : le verdissement du parc automobile des grandes entreprises et collectivités françaises. Ce projet d’envergure s’inscrit dans le plan de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de lutte contre la pollution de l’air. Entreprises et collectivités, tout le monde doit y participer pour accompagner la transition énergétique et réduire son empreinte environnementale !

Différents leviers sont utilisés par l’État français pour atteindre les objectifs fixés dans le Plan Climat, notamment :

  1. La loi d’orientation des mobilités (LOM) pour les entreprises et collectivités fixant un quota minimum de véhicules à faibles émissions lors du renouvellement de la flotte. Celui-ci augmentera au fil des années selon un planning prédéfini. Pour les entreprises, cela concerne pour le moment les flottes de plus de cent véhicules
  2. La création de Zones à Faibles Émissions (ZFE) dans 15 collectivités, pouvant être étendues à d’autres localisations. Cette mesure est particulièrement efficace pour réduire les émissions provenant du trafic routier, l’une des principales sources de pollution en ville.
  3. La restriction de circulation des véhicules aux vignettes Crit’Air allant de 1 à 3 lors des pics de pollution
  4. La mise en place d’un système de bonus-malus écologiques. Le dernier en date est le protocole WLTP (World harmonized Light vehicles Test Procedure) qui devrait instaurer une augmentation du malus au 1er janvier 2020 lié aux émissions de gaz à effet de serre des véhicules thermiques.

Ces points sont un encouragement à l’achat de véhicules électriques, mais peuvent se révéler complexes lors de la réflexion sur la stratégie à adopter par les entreprises et collectivités. Prenez le temps de parcourir ces quelques lignes pour réussir le verdissement de votre parc automobile.

1/ Adaptez les types de véhicules électriques ainsi que les bornes de recharge à vos besoins
La distance effectuée par véhicule et par jour, le moment d’utilisation, le partage de la flotte de véhicule ou non, la refacturation à un tiers, etc. Tous ces sujets sont à prendre en compte dans le choix de vos véhicules électriques et dans le dimensionnement de vos stations de recharge.

Pour définir vos besoins, vous pouvez utiliser les données de vos cartes carburant afin de connaître le nombre de kilomètres parcourus et leur coût, et mettre en place des carnets de bord pour les utilisateurs, définissant le contexte d’utilisation du véhicule (ville, autoroute, etc.). L’enquête couplée à la connaissance de l’autonomie des batteries des constructeurs définira les modifications à apporter à votre politique automobile. Vous pourrez également dimensionner une station de recharge en fonction de la puissance des moteurs à alimenter, de la distance moyenne effectuée par les véhicules, de la disponibilité des places de parkings ou encore grâce à la connaissance du temps moyen en stationnement par les utilisateurs. Petit plus : pensez à intégrer les potentiels visiteurs dans vos prévisions du nombre de bornes.

Dans le cas où votre parc est déjà équipé ou en partie, vous pouvez coupler le carnet de bord d’utilisation du véhicule à des mesures des consommations électriques liées à leur charge. Les fournisseurs de bornes proposent également des services et des plateformes de suivi. Vous pouvez y retrouver la remontée des consommations électriques liées aux bornes et le taux de disponibilité de votre station, entre autres fonctionnalités. 

2/ Adaptez votre contrat d’électricité
L’utilisation de bornes de recharge engendre une augmentation des appels de puissance sur le réseau d’électricité du bâtiment. Une augmentation de puissance souscrite peut être nécessaire pour ne pas impacter le budget énergie par la facturation de dépassements. Cette modification contractuelle entraine toutefois l’augmentation de la part acheminement de votre facture. Il est donc important de définir la bonne puissance et de souscrire au contrat adapté à votre consommation !

Pour palier en partie à ce problème, les fournisseurs de bornes ont développé une gestion intelligente des puissances délivrées dans une station, avec un seuil qu’il est possible de programmer. Une gestion dynamique instantanée avec la puissance d’appel relevée dans l’armoire est également possible avec certaines bornes.

3/ Pensez aux financements
L’Etat a mis en place un programme de subventions appelé Advenir par le biais de l’Avere, association du développement de la mobilité électrique. Il permet le financement des bornes de recharge par les certificats d’économie d’énergie (CEE). Le montant de la prime peut aller jusqu’à 40% du coût de l’installation et de la fourniture, soit jusqu’à 1 000 € HT par point de charge sans pilotage énergétique et jusqu’à 1 360 €HT par point de charge avec pilotage énergétique. Toute installation déjà en place n’est pas soumise à ce dispositif.

Ces quelques points vous permettront de mieux appréhender les changements à venir au sein de votre flotte de véhicules. Vous pouvez également faire appel à des experts en efficacité énergétique qui sauront vous guider et vous accompagner dans vos démarches. Il est important de noter que, bien que le prix de l’électricité augmente ces derniers mois, il reste 4 à 5 fois moins cher que le thermique.

Et pour aller encore plus loin, vous pouvez rendre la charge autonome en énergie et ainsi éliminer l’impact de la flotte sur votre budget !

Faire appel à des experts en efficacité énergétique